English
 

COLLOQUE INTERNATIONAL

« MIGRATIONS CONTEMPORAINES ET FRONTIÈRES DE L’HUMANITÉ : DYNAMIQUES COMMUNICATIONNELLE ET INTERCULTURELLE »

27, 28 et 29 Mars 2019

 
CERCOM
SEJOUR
CONTACT

II L'appel à communication

Le Centre d’Études et de Recherche en Communication (CERCOM) de l’Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan, Côte d’Ivoire) organise, en partenariat avec la chaire UNESCO en communication et technologies pour le développement (Université du Québec à Montréal, Canada), la chaire UNESCO en communication internationale (Université Grenoble Alpes-France), la chaire UNESCO en pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement (Université Bordeaux Montaigne-France), le Centre d’Études et de Recherches en Organisation, Communication et Éducation (CEROCE, Lomé-Togo), le Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI, Dakar — Sénégal), l’Association sur les médias par la diaspora (AMEDDIAS, Luxembourg-France), l’École Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ESSTIC, Yaoundé-Cameroun), l’UFR des Civilisations, Arts, Religions et Communication (UFR CRAC, Université Gaston Berger de Saint-Louis–Sénégal), le Groupe d’Études et de Recherches axées sur la Communication internationale et interculturelle (GERACII, Université du Québec à Montréal-canada) un colloque internationalles mercredi 27, jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019 sur le thème:

« MIGRATIONS CONTEMPORAINES ET FRONTIÈRES DE L’HUMANITÉ : DYNAMIQUES COMMUNICATIONNELLE ET INTERCULTURELLE »

Photo: AFP/Carlo Hermann
Photo: AFP/Gabriel Bouys

Selon l’ONU, en 2017, 258 millions de personnes étaient des migrants internationaux (1), soit environ 3,3% de la population mondiale. Pourtant, les interrogations sur les migrations et leurs conséquences sont multiples. En effet, les mouvements migratoires, sujets à de multiples équations à résoudre dans le contexte actuel de l’identification des peuples à des espaces géographiques d’appartenance (régions, pays, royaumes, continents…), ont toujours été considérés comme essence de l'humanité (peuples conquérants, nomades…) et facteurs humains de construction de nos sociétés.

Ainsi, le processus migratoire repose-t-il sur des questions qui varient de la thématique des intérêts partagés sur les déplacements intra et extraterritoriaux (la migration comme facteur de développement) aux soucis du contrôle de la mobilité des “indésirables” (2) aux frontières des pays de destination (les crises migratoires transfrontalières).

On peut donc noter que la diversité des mobiles de déplacements migratoires se traduit par des préoccupations liées aux questions de développement, d’intégration interculturelle, de menaces diversement partagées, voire de pratiques deshumanisantes dont sont victimes, au vu des diffusions médiatiques, ceux qui ont choisi l’aventure de l’immigration clandestine, par exemple, par la voie du sahel, de l’Amérique latine, etc.

Ces cas de déshumanisation dont les médias traditionnels et les réseaux sociaux se sont fait l’écho, donne un aperçu de la capacité de ceux-ci de « construire » un événement, de le porter à la connaissance de l’opinion générale et de braquer les projecteurs sur les enjeux actuels des migrations inter ou intracontinentales, régionales ou sous régionales. Le processus de déshumanisation ainsi évoqué, permet de soulever les questions que pose le phénomène transnational, national et régional de mobilités humaines à l’ère de la mondialisation d’autant plus que les médias de masse, les technologies numériques notamment, y ont pris toute leur place de relais d’informations sur l’actualité des faits d’immigration plus que jamais accessible à tous.

Au vu de l’importance de la question, le Centre d’Études et de Recherche en Communication (CERCOM) a jugé utile d’organiser un colloque en vue de permettre à des professionnels de l’humanitaire, des activistes, des intellectuels, aux hommes des médias et au grand public de débattre de cette thématique d’actualité : « Migrations contemporaines et frontières de l’humanité : dynamiques communicationnelles et interculturelles ».

Cette rencontre sera l’occasion d’une réflexion sur l’appropriation des moyens de communication par les réseaux de passeurs, sur l’influence de la couverture médiatique des mouvements migratoires ou encore sur la communication des organisations internationales, régionales et sous régionales sur le phénomène ainsi que sur les préoccupations interculturelles qu’il suscite.

(1) United Nations, « International Migration Report », répéré à
http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/publications/migrationreport/docs/MigrationReport2017_Highlights.pdf ; le 25 mai 2018.

(2) M. Bassi et F. Shoshana, « La gouvernance des flux migratoires “indésirables” : Cas d’étude de Calais et Lampedusa », Revue française de références sur les dynamiques migratoires, 2013, repéré à https://journals.openedition.org/hommesmigrations/2647, le 11 janvier 2018.